ToulEmploi

Publié le lundi 31 août 2015 à 12h13min par Ingrid Lemelle

« Externaliser ses fonctions RH bénéficie avant tout à sa DRH ! »

« Externaliser une partie des fonctions RH sécurise l’entreprise, la flexibilise, permet de réaliser des économies substantielles, professionnalise les équipes RH internes et est gage de qualité », affirme le directeur général du groupe Menway. Philippe Perret explique pourquoi.

« Externalisez votre fonction RH et votre direction des ressources humaines en sera la première bénéficiaire ! J’ai bien conscience que cette affirmation va à l’encontre de nombreuses idées reçues qui laissent penser que c’est tout le contraire !

Commençons donc par un petit point sémantique.

« L’externalisation est une action stratégique qui permet aux organisations de se concentrer sur leurs domaines de compétences. » Avec à la clé, plusieurs bénéfices : des prestataires externes plus faciles à maîtriser que ses propres équipes, et un meilleur contrôle des coûts. On se demande dès lors où vont donc se nicher les craintes…

En quoi consiste plus précisément l’externalisation RH ?

Aujourd’hui, l’essentiel des missions RH peuvent être externalisées. Les plus courantes, en France, sont le « payrolling » et le « onboarding » qui permettent de déléguer la gestion de la paye et/ou de l’intégration des nouvelles recrues.

Et pourtant, ce n’est pas sur ces tâches, à faible valeur ajoutée, que les entreprises ont le plus à gagner !

Plus rares sont les entreprises qui choisissent de sous-traiter tout ou partie du process de leur recrutement (CDI ou CDD), la gestion de leur mobilité interne, leurs entretiens annuels d’évaluation, la gestion de leur vivier de candidatures internes, la détection de talents, la gestion de leur marque employeur… c’est-à-dire les domaines dans lesquels elles peuvent espérer faire de véritables gains, tant en termes de productivité que d’amélioration de la qualité, de maîtrise des délais que bien sûr, d’argent.

Les facteurs clefs d’une externalisation réussie.

Le premier réside évidement dans la volonté et l’implication de la direction générale et de la direction des ressources humaines.

Le choix du prestataire est ensuite déterminant, des consultants bien formés et bien encadrés étant garants d’une bonne adaptabilité aux règles du client, mais aussi d’une meilleure intégration dans l’entreprise, notamment de la part des collaborateurs.

Le cahier des charges doit également être précis, et un chef de projet désigné afin de piloter la/les prestations en interne, et d’en rendre compte à un comité de pilotage. Les points d’étapes, réalisées avec le partenaire, doivent à ce titre être fréquents et réguliers.

Il ne faut pas non plus sous-estimer les freins internes et, de ce fait, je recommande à nos clients de mettre en place un plan de communication.

La perte de confidentialité étant une crainte récurrente, je conseille en outre de définir un processus rigoureux et engageant pour le prestataire.

Enfin, il faut en permanence challenger les dispositifs afin d’inscrire sa démarche dans un process d’amélioration continue. »

Philippe Perret, directeur général du groupe Menway

Photo DR.