ToulEmploi

Publié le lundi 26 novembre 2018 à 19h10min par Ingrid Lemelle

Envie de rejoindre l’industrie du rêve grâce à Objectif 3D ?

Créée à Montpellier, il y a vingt ans, Objectif 3D forme aux métiers du cinéma et du jeu vidéo. Des cursus où l’employabilité est quasiment garantie dans une industrie du rêve épargnée par la crise.

Travailler sur le prochain Assassin’s Creed ou sur le nouveau Marvel… Ce rêve de nombreux geeks peut devenir réalité grâce à Objectif 3D., spécialisée dans la formation d’infographistes 3D pour le cinéma d’animation ou le jeu vidéo. En 2019, l’école fêtera ses vingt ans à Montpellier, où elle a vu le jour.

Ses enseignements démarrent avec une première année préparatoire, qui permet aux élèves d’acquérir les bases de la 3D et du dessin. Les étudiants s’orientent ensuite dans l’animation ou le jeu vidéo. Au terme de la troisième année, ils visent le Titre d’Infographiste 3D (niveau Bac +2), puis peuvent se spécialiser pendant un an dans les effets spéciaux pour le cinéma, ou la réalité virtuelle pour le jeu vidéo. « Notre école se veut professionnalisante, donc dès la deuxième année, les étudiants travaillent sur ces cas concrets et fabriquent un court-métrage ou des niveaux de jeux vidéo jouables », précise Séverine Gilardeau, la responsable administrative.

Des formations accessibles à tous

Les enseignements sont ouverts à tous les bacheliers, quelle que soit leur section, mais également aux personnes en reconversion. Si 99% des candidats postulent avec un book, la sélection s’opère surtout sur la motivation. « Nous leur demandons pour quelles raisons ils veulent faire ce métier, ce que cela signifie pour eux. Nous leur expliquons ensuite qu’ils devront s’investir énormément, qu’ils sont quasiment sûrs de ne jamais décrocher de CDI, du moins dans l’industrie du jeu vidéo… Ensuite, s’il n’y a pas d’examen pour passer en deuxième année, nous sommes très attentifs à leur savoir-être : leur capacité à travailler en équipe, leur ponctualité, le soin qu’ils mettent à entretenir leur poste de travail… »

À leur sortie de l’école, les débouchés sont quasi assurés, en France comme à l’étranger. Après six mois, 90% des diplômés du cursus cinéma sont en activité. Dans le cas du jeu vidéo, le chiffre est identique au bout de neuf mois. « Il faut bien sûr s’accommoder des contrats d’intermittence. Mais la principale difficulté demeure d’intégrer ses premiers studios, et nous organisons régulièrement des job dating qui permettent aux étudiants de nouer des contacts », observe Séverine Gilardeau.
Agnès Frémiot

6700 euros la première année, 7200 euros les suivantes

Image Objectif 3D DR.