ToulEmploi

Publié le lundi 6 janvier 2014 à 16h54min par Aurélie de Varax

Emilie Ollivier, experte 360° du marketing

Elle refuse d’être cloisonnée à la grande consommation et veut profiter de son arrivée à Toulouse pour s’exporter comme consultante marketing et communication free lance. Emilie Ollivier est prête pour le grand saut !

A la fin de son master en marketing, l’envie de travailler dans la grande consommation s’impose comme une évidence. « Je voulais être en lien avec le consommateur, travailler sur des produits variés avec un résultat concret et rapide », explique Emilie Ollivier. Et vivre « l’adrénaline de la course aux chiffres. » Il faut dire que cette passionnée de régates de voile et chef d’équipe secouriste bénévole à la Croix-Rouge française, n’a pas froid aux yeux. Après être passée par de grands noms de l’agroalimentaire - Cadbury, Herta, Pains Jacquet et Intersnack -, la voilà partie à l’assaut de la ville rose. Après dix mois de recherche infructueuses sur le secteur saturé de l’agroalimentaire, elle a choisi de vendre son expérience 360° du marketing, en freelance.

Un parcours haut de gamme

A peine arrivée chef de produit chez Pains Jacquet, Emilie Ollivier se retrouve très vite sur le lancement de gamme des pains précuits. Un challenge qu’elle relève avec brio. Au sein d’une petite équipe, elle touche à tout, « s’éclate » sur la partie innovation mais a vite fait le tour du sujet. Deux ans plus tard, cap sur d’autres horizons chez Intersnack. Par une opportunité de chaises musicales (deux départs en congé maternité et une démission), la voici à la tête d’une équipe avec les marques Curly et Monster Munch, soit 45% du chiffre d’affaire d’Intersnack. « Je me suis retrouvée à manager quatre personnes avec beaucoup de projets et en 2010, un budget promotionnel de 2 millions d’euros à l’occasion des cinquante ans de la marque. » En pleine vitesse de croisière, l’annonce de la mutation de son conjoint à Toulouse est un choc. « On venait en plus de m’offrir une belle promotion. »

Des compétences exportables à l’industrie ou au web

Pour cette battante multi-facettes, rebondir est une opportunité. Entre les candidatures et les entretiens pour trouver un poste sur un marché déjà très saturé, la jeune femme se forme au webmarketing et intègre l’association Accueil des villes françaises (Avf) de Toulouse dont elle gère la communication et les relations presse. « L’occasion pour moi de me développer aussi sur le volet communication et réseaux sociaux. » Elle reprend aussi le bénévolat à la Croix Rouge française, en tant que responsable de la formation.

Ces dix mois de recherche assidue sans poste à la clé poussent Emilie Ollivier à envisager des concessions, à commencer par l’attrait du management d’équipes, pour mûrir un nouveau projet : se lancer comme consultante free lance en marketing et communication. « Je sais faire du développement de produits et d’innovations, de la commercialisation, définir un plan média, travailler avec des agences de communication ou des commerciaux. Ces compétences sont exportables à tous les produits et services et je n’ai pas peur de mettre les mains dans le cambouis. » Les secteurs qui l’intéressent ? L’agroalimentaire toujours mais aussi le web ou les biomatériaux. Elle n’a plus qu’un but : vous rencontrer et plancher sur vos projets.
Aurélie de Varax

Si vous voulez contacter Emilie : emilie.ollivier@yahoo.fr

Sur la photo : Emilie Ollivier est prête à faire le grand saut dans entrepreneuriat. Photo Hélène Ressayres - ToulEmploi.