ToulEmploi

Publié le lundi 5 mars 2018 à 19h02min par Agnès Fremiot

Comment Action Femmes aide-t-elle les femmes à rebondir ?

Christel Lachaume est à l’origine de la création de l’antenne albigeoise d’Action Femmes Grand Sud. Le 8 mars prochain, cette association, qui propose de venir en aide aux femmes de plus de 45 ans dans la reprise d’une activité, organise une table ronde.

Christel Lachaume, pourriez-vous nous présenter votre association ?
Action Femmes existe à Toulouse depuis 2011, et nous avons créé une antenne à Albi, en janvier 2017. Notre objectif est d’aider et d’accompagner les femmes de plus de quarante-cinq ans en recherche d’emploi, afin qu’elles reprennent confiance en elles, qu’elles retrouvent une dynamique, et qu’elles rebondissent professionnellement.
Pour cela, nous leur proposons des ateliers collectifs qui favorisent l’expression. Nous créons ainsi un espace privilégié pour qu’elles puissent échanger sur leurs difficultés. Nous mettons également en place un accompagnement individuel avec une coach qui les suit tout au long de leur parcours.

Quels sont vos objectifs ?
Nous souhaitons les aider à reprendre confiance en elles sur le plan professionnel tout en tenant compte de leur environnement personnel. Il ne s’agit pas d’une thérapie, ni d’un atelier sur le CV et la lettre de motivation. Nous nous focalisons sur la personne en elle-même pour l’aider à se projeter dans un nouveau parcours et rebondir. Nous n’avons pas d’objectifs de résultat, mais nous souhaitons malgré tout que les personnes que nous accompagnons s’engagent dans la démarche.
Nous souhaitons, en outre, nous positionner en complémentarité des acteurs existants.

Quelles formes peuvent prendre ces rebonds ?
Reprendre une activité salariée peut parfois s’avérer compliqué. Nous les accompagnons donc dans la création d’une entreprise en travaillant avec elles sur la pertinence du projet et en les orientant vers les bons interlocuteurs.

Combien de personnes avez-vous déjà accueilli ?
L’antenne d’Albi a déjà accueilli vingt femmes, neuf ont été suivies de manière régulière. L’une a repris une formation, une autre a créé son activité et quatre d’entre elles ont retrouvé du travail. Le reste du groupe est toujours accompagné ou a été réorienté. Il s’agit aussi bien de personnes ayant un faible niveau de qualification, que de femmes titulaires de Bac +3/+4. Elles souffrent d’isolement social après un licenciement, une interruption d’activité, la fin d’un CDD ou une séparation. Nous sommes six bénévoles pour les suivre, issues du monde de l’entreprise, des ressources humaines ou de l’insertion professionnelle.

Pourquoi organisez-vous une table ronde le 8 mars ?
Nous entendons célébrer notre année d’existence avec cet événement mais également faire parler des actions de l’association et mieux nous faire connaître. Nous souhaitons mettre en avant notre volonté d’être un acteur à part entière de l’accompagnement sur le territoire. Nous allons faire intervenir plusieurs femmes chefs d’entreprise du Tarn qui sont de beaux exemples de réussite et de rebond avec des parcours atypiques et significatifs.
Propos recueillis par Agnès Frémiot

Pour en savoir plus : Le site d’Action Femmes Grand Sud

Sur la photo : Action Femmes accompagnent les femmes de plus de 45 ans notamment lors d’ateliers collectifs. Photo : DR